Comptes consolidés: retraitement des frais d'établissement

Portrait de Ulquiorra
Posté par Ulquiorra
ven, 07/10/2011 - 08:29

Bonjour,

Je ne comprends pas une écriture de retraitement exposée par le professeur.
Je pose la petite situation:
Une entreprise F, filiale de M comptabilise des frais d'établissement pour 1 000, amortissables par la méthode linéaire sur 5 ans.
Elle comptabilise en année 1 une dotation de 200:
63
à 2xx.9

Quand on transpose la situation au niveau du groupe, les règles d'évaluation de la société mère indique une prise en charge de ces frais d'établissement. On suppose une intégration globale.
Le groupe comptabilise en année 1 une dotation de 800, afin de satisfaire ses règles d'évaluation.
63
à 2xx.9

On a donc in fine l'amortissement de 1 000 de ces frais d'établissement (au niveau du groupe).

Passons à l'année 2 ; et c'est là que je ne comprends pas très bien une écriture.
La F comptabilise une dotation de 200.

Au niveau du groupe, il n'y a plus aucune prise en charge de ces frais car ils ont été pris en totalité la 1ère année. On a donc lors de l'intégration une charge excédentaire de 200, qu'il est nécessaire d'extourner:
2xx.9
à 63

Une 2ème écriture est passée directement pour 200:
réserves consolidées
à 2xx.9

C'est cette dernière écriture que je ne comprends pas.
Pourquoi repasser une écriture d'amortissement en utilisant les réserves consolidées si on l'a extournée juste avant?

Pouvez-vous m'éclairer s.v.p.?

BàV

Toutes les réponses

Puisque nous savons que vous comprenez assez vite, je vous suggère de faire des "T" et d'en tirer "la" conclusion !

En effet, ce que vous émettez comme jugement ne tient pas compte des conséquences de l'écriture n° 1 de l'an + 1 !!!

0 vote actuellement | +1 Répondre

Bonjour Jojo,

Est-il nécessaire de détailler les écritures? Ne pourrait-on pas faire simplement:
63
à réserves consolidées

Si j'ai bien compris le bilan consolidé présente une réserve égale à la différence entre la valeur comptable nette des frais d'établissement de F et celle de M.
Cette réserve sera "vidée" à concurrence de 200 par année (année 2 à 5), en concordance donc avec les amortissements pratiqués par la filiale.

Pour qu'in fine en année 5 nous aurons des réserves consolidées nulles étant donné que le bien est totalement amorti chez F.

En y réfléchissant, dans la pratique, cette situation n'intervient que lors de la première consolidation entre une SM et sa F non? Il est plus simple pour les 2 entreprises d'uniformiser l'année suivante leurs règles d'évaluation afin d'éviter des retraitements lors de la consolidation.

Certainement pas !
Je constate que vous n'avez pas passé vos "T" sinon vous auriez constaté votre erreur !

A la limite, vous pourriez passer

Réserves consolidées à 63*** ou à 7*** !

Donc, l'inverse de ce que vous proposez ...

Avoir des règles d'évaluation EGALES est un voeu pieux ! Exemples : comptabilité américaine et comptabilité belge; comptabilité française et comptabilité belge ... Etc.
C'est vrai que cela faciliterait la vie ... mais cela empêcherait des ponts aux ânes lors des examens ! 

0 vote actuellement | +1 Répondre

Oui, désolé j'ai inversé l'écriture en postant le message (je l'avais notée correctement sur ma feuille :-)).

Ah oui dans ce cas c'est effectivement impossible...

Merci pour votre aide, je vais pouvoir aller aux cours ce soir l'esprit tranquil!

Bonjour,

A nouveau une petite question en terme de consolidation.
Après avoir établi les comptes consolidés d'un groupe on me demande un "avis" sur sa situation consolidée.
Sachant que je n'ai "que" mes chiffres (bilan et compte de résultat) à disposition (pas de documentations externes, ni d'informations spécifiques sur les entreprises, ni d'annexes).

Je n'arrive pas à trouver un point de départ à mon commentaire.
Je pensais mettre en évidence la variation des fonds propres du groupe par rapport aux états individuels mais sincèrement j'ai du mal à me justifier.

Et à part un bilan consolidé qui paraît "nettoyé" et plus clair (vu l'élimination des opérations interco) je ne sais pas comment orienter mon commentaire.

Mon bilan ne comporte pas d'écart de conversion, l'écart de consolidation est positif et donc inscrit à l'actif.

Pourriez-vous me mettre sur une piste (s'il y en a une) s.v.p.?

Est-ce que les deux sociétés sont autonomes ou y a-t-il une interférence de RESULTATS, de PRETS, etc entre elles ?

Le prêt intergroupe est-il plus avantageux qu'un prêt ordinaire auprès d'une banque ?

Puisque nous n'avons rien comme documentation, il faut examiner tous les points qui ont fait l'objet de la consolidation avec influence sur le compte de résultats ... 

0 vote actuellement | +1 Répondre

Quelle horreur votre remarque quant aux fonds propres, la toute première écriture de consolidation est d'éliminer le capital des participations avec l'annulation des participations dans les immobilisations financières de la société consolidante. La différence que vous évoquez est donc parfaitement normale !!!

Oui il y a un emprunt intra groupe, je n'y avais pas du tout pensé et pourtant c'est évident, merci!

Pour les fonds propres je me suis mal exprimé, évidemment qu'une des premières choses à faire est d'éliminer le capital de la filiale. En parlant de fonds propres je ne vise pas exclusivement le capital, il y a d'autres composantes.
Merci pour vos remarques!

...